Interview de Renaud Sibel, Président et CEO de Nexway, sur la « monétisation agile »

Interview de Renaud Sibel, Président et CEO de Nexway, sur la "monétisation agile"

La « monétisation agile », un vecteur indispensable pour créer une économie sobre et efficace

D’ici 2025, l’adoption en masse des biens connectés et l’adhésion à des services par abonnement, associés à la Blockchain et à l’intelligence artificielle, auront redéfini les modèles économiques et nos modes de travail, tout comme l’éclosion du Web l’a fait des années 90 jusqu’à aujourd’hui.

Un trajet en voiture, une paire de running ou de skis, une machine à laver, un voyage, un appartement sont déjà ou seront soit consommés à l’usage, soit partagés avec ses voisins, amis ou communautés. Ainsi, la Blockchain, en simplifiant et en sécurisant les contrats entre les parties, et l’Intelligence Artificielle, en permettant de traiter en temps réel les données collectées et proposer des recommandations pertinentes, sont essentielles. Il faut donc se transformer pour nous adapter à ces nouveaux modes de création et de partage de la valeur, mais également le faire vite, et gagner une avance déterminante notamment pour s’assurer la fidélité des premiers clients.

Pour le consommateur, c’est la perspective de se voir présenter proactivement les solutions les plus adaptées à ses besoins, depuis la personnalisation, par exemple, de nos voitures devenues autonomes, ou de la conception de nos maisons, ou plus simplement des recommandations de bouquets de services pour notre sécurité, notre éducation ou nos loisirs. Cette promesse requiert une grande exigence dans la maîtrise des technologies et une immense capacité d’intégration de celle-ci dans les systèmes d’informations existants, dans les processus et dans le management.

La contraction du temps (les décisions et les échanges se réalisent désormais en temps réel), de l’espace (l’objet connecté se téléguide, se télé-maintient ou se partage à distance) et la complexification de la chaîne de valeur (plusieurs acteurs y participent) imposent de grandes capacités d’innovation et d’agilité.

La monétisation, qui est le terme le plus approprié pour définir la transformation en chiffre d’affaires et profit pour l’entreprise de l’achat ou de l’usage des objets et services, se doit ainsi d’être agile. C’est-à-dire que les processus, le management, l’innovation et les technologies qui la soutiennent doivent avoir la capacité de créer de nouvelles offres par itération rapide, accélérant ainsi la vitesse avec laquelle une entreprise peut en tirer profit.

Que ce soit pour des particuliers ou pour des entreprises, l’acte d’achat s’apparente aujourd’hui à une consommation de service à valeur ajoutée, à une véritable expérience vécue et non plus au simple achat d’un produit en tant que tel. Aujourd’hui, chaque client cherche à s’assurer que son engagement auprès d’une marque est non seulement digne de confiance et pertinent, mais également accessible par ses moyens de communication préférés ; que ce soit les réseaux sociaux, les messageries instantanées, un objet connecté, le web, le mobile, etc. Ainsi, les assistants vocaux et les chatbots sont aujourd’hui les nouvelles frontières de l’achat en ligne.

 Mais quelles sont les contraintes auxquelles les entreprises doivent faire face pour déployer une approche de monétisation agile ?
  • Intégration des produits et services de multiples offreurs pour créer des bouquets personnalisés et pertinents en temps réel
  • Intégration pervasive des solutions de commerce au coeur des produits et des services, à l’image des achats intégrés dans les jeux vidéos
  • Flexibilité des modes de consommation (usage unique, souscription récurrente, ou à l’usage)
  • Collecte, transformation, analyse et protection des données collectées, et notamment en Europe la conformité à la RGPD qui sera appliquée à partir du 25 mai 2018
  • Intégration des modes de paiement et facturation des plus classiques ou plus innovants (cartes, monnaies virtuelles, virements, cagnotte…)
  • Respect des normes, taxes et règlementations propres à chaque pays dans lequel les biens ou services sont consommés

Les technologies les plus récentes comme les architectures ouvertes (via des interfaces standardisées) et décomposées en services élémentaires (micro-services) pouvant être partagés entre plusieurs sociétés permettent d’atteindre dès aujourd’hui ces résultats.

La fertilité de l’innovation et la combinaison des expertises de nos sociétés européennes de technologies tant dans l’E-commerce, l’intelligence artificielle, le marketing digital, que les moyens de paiements peuvent nous permettre de prendre une avance décisive et proposer une monétisation agile à grande échelle permettant d’ici à 2025 une économie sobre et efficace.

Pour passer à l’acte, nos entreprises doivent lancer impérativement en 2018 des projets pilotes de monétisation agile. Comment ?
Mon expérience des projets de transformation digitale et d’innovation me fait dire, que chaque entreprise doit trouver ses propres champions et sa propre méthode, toutefois, il est essentiel de créer une équipe transverse dédiée, dégagée des contraintes des structures opérationnelles afin de créer un pôle de compétence, qui deviendra un pôle d’excellence au fil des itérations et sera en mesure d’essaimer ses projets au sein des unités opérationnelles.

Bien évidemment, les directions générales doivent également porter et communiquer le sens de ces projets dans le reste de l’organisation et s’assurer du pilotage et de la gouvernance. Comme dans toute démarche agile, c’est le premier pas le plus important.
Quel est le vôtre ? Quand démarrez-vous ?

Media Source
Les Echos | Article